En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   L'union fait la force   xx
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès.   Baden-Powell
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
 
 

Nouvelles

logo_ssc_sante.pngCommuniqué de presse - le 14/09/2018 @ 15:48 par Webmestre|Administrateurs

Adressé aux médias de Montpellier-M-Métropole.

 

Madame, Monsieur le rédacteur en chef,

 

Le 15 septembre est la journée mondiale des déchets.

Pour les associations réunies dans le collectif CIDES34 qui suivent le traitement des déchets dans la métropole de Montpellier, c'est une journée noire.

Nous avons la métropole qui paie le plus cher pour ses déchets, pour un maximum de pollution et un minimum de valorisation.   
Il faut en chercher la raison dans le claquement de porte de Nicolas Hulot : Le poids des lobbies industriels et financiers à but lucratif.    
Il est considérable dans ce domaine, car les plus grandes multinationales en matière de traitement sont françaises.     
Les lobbies industriels et financiers assiègent le pouvoir politique au demeurant souvent complaisant.  
Il en résulte ce qui se fait de plus démonstratif dans le genre : la méga-usine Amétyst à Montpellier.
La plus grande de France, d'Europe même avec ce process industriel. Elle est chère et polluante.

  • Qui connait le fonctionnement de l'usine Ametyst ?
  • Qui sait à  Montpellier qu'elle remélange les déchets triés ?
  • Qui sait que la loi interdit ce remélange ?
  • Que fait la préfecture face à  cet état de fait ?

 

Nicolas Hulot appelle à une mobilisation citoyenne, nous sommes là !
Malheureusement, les lobbies industriels sont aussi beaucoup plus proches de nos élus, avec comme arme supplémentaire récente, la loi sur le secret des affaires voulue par le chef de l'état.

 

Cette loi est un véritable contre-feu opposé aux lanceurs d'alerte.

Alors durant cette journée, ramassons les ordures trouvées dans la nature. Mais que cela ne nous donne pas bonne conscience tant que nous n'obligerons pas nos politiques à  changer de paradigme.

 

Gardons à  l'esprit que ce sujet condense toutes les entraves aux démarches écologiques dans une société ultra libérale dominée par les lobbies industriels et financiers, à but lucratif. Et cela pour aboutir in fine à  une démission lamentable de la puissance publique.

 

Pour le CIDES34,
François VASQUEZ