Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441

Warning: Undefined array key "show_category" in /var/www/vhosts/cides34.fr/httpdocs/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1441
Auteur/autrice : Raymond GIMILIO - Collectif Interassociatif des Déchets, de l'Environnement et de la Santé de l'Hérault (CIDES34) Auteur/autrice : Raymond GIMILIO - Collectif Interassociatif des Déchets, de l'Environnement et de la Santé de l'Hérault (CIDES34)

La Commission de suivi de site de l’iSDND « Le Thôt »

On nous a annoncé fin mars la prochaine remise en service de la Commission de suivi de site de l’Installation de Stockage de Déchets Non-Dangereux (ISDND) désignée sous l’appellation « Le Thôt« . C’est une installation délaissée que nous avons dénoncée en son temps.

Nous sommes candidats à un poste de plein droit dans la future commission de suivi de site de l’ISDND « Le Thôt » et nous avons désigné l’association membre du CIDES, l’ODAM. En premier lieu, l’ODAM est statutairement concernée et n’a pas cessé de protester contre l’abandon de ce site. En second lieu, un des membres de l’ODAM est riverain de cette installastion abandonnée. Cet abandon est illégal, Montpellier-Méditerrannée-Métropole avait signé des engagements qui se sont avérés non-tenus.

Notre candidature a été envoyée au Préfet dans les formes requises (LR-AR). Nous attendons sa réponse.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Trésorier du CIDES34 




Des polluants éternels dans notre eau à Montpellier

Notre attention a été attirée par les différents articles sur les PFAS (substances per- et polyfluoroalkylées), des polluants éternels, des produits de synthése de l’industrie chimique (PFOSPFOA et PFNA notamment). Nous avons réagi sur ce site. Les pollutions par ces substances sont loin d’être anodines (produits préoccupnts). Un article publié dans le site du quotidien « Le Figaro » (17/04/2023) sous la plume d’Antoine Sillières est passé inaperçu jusqu’au début de 2024. Il s’agit d’une réaction à « Un rapport de l’Inspection générale de l’environnement et du développement durable [IGEDD] confirme le rejet dans le Rhône d’environ 3,5 tonnes d’eau polluée aux perfluorés à des niveaux élevés chaque année, par l’usine Arkema de Pierre-Bénite. ». Ces substances sont dites « polluants éternels » car leur molécule est quasiment indestructible (stabilité chimique). En publiant la contribution de Jacky Chanton, nous avons réalisé l’importance de ce type de pollution et une voie d’entrée « royale » par le biais de l’approvisionnement en eau de notre ville-métropole. Une partie de l’eau qui va être potabilisée pour alimenter notre métropole vient du Rhône par le canal dit du Bas-Rhône Languedoc. Rappelons que le fleuve, au sud de Lyon, trverse une importante zone dédiée à l’industrie chimique, la vallée de la Chimie où deux firmes sont dans le collimateur.

Approvisionnent en eau : métropole de Montpellier

L’approvisionnement en eau de la métropole de Montpellier est décrit sur le site de cette collectivité. La collectivité a mis en place une régie des eaux.

Cas de la source du Lez

Nous venons de trouver une page du site de Montpellier-Métropole affirmant la pureté des eaux de la source du Lez « Santé publique : pas de polluants éternels dans la source du Lez ». Nous en donnons acte et ne mettons pas en doute les analyses faites. La source du Lez et son captage souterrain seraient indemnes de pollution, sauf à mettre en doute ces analyses ? Cependant, le prélèvement autorisé dans cette réserve karstique est limité et le volume maximum autorisé de prélêvement est atteint. Il y a donc une deuxième alimentation en eau nécessaire : elle est fournie par l’eau du canal du Bas-Rhône Languedoc (ou canal Philippe Lamour).

Cas de l’eau du Bas-Rhône Languedoc

Une autre page du site de Montpellier-Métropole nous décrit l’apport de 3 autres approvisionnements de la dite métropole dont nous citons des extraits où nous avons mis en rouge les mentions du canal Lamour-BRL. Les eaux de la source du Lez sont elles mélangées à celles potabilisées du canal Lamour-BRL ? Nous citons et reproduisons :

« Pour les communes de Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Le Crès, Montferrier-sur-Lez, St-Brès, Montpellier, Prades-le-Lez, Sussargues, Pérols, Vendargues, Villeneuve–lès-Maguelone », nous lisons et reproduisons « Origines de la ressource en eau : source du Lez = 92% + canal du Bas-Rhône languedoc (Lattes et Pérols) + forages locaux ».

« Pour les communes de Baillargues, Beaulieu, Castelnau-le-Lez, Castries, Clapiers, Montaud, Saint Drézéry, St Géniès des Mourgues, Restinclières » nous lisons et nous reproduisons « Origines de la ressource en eau : captages locaux dont ceux de Fontbonne Mougères et de la Crouzette et le canal du Bas-Rhône languedoc ».

« Pour les communes de Cournonsec, Cournonterral, Fabrègues, Lavérune, Murviel-les- Montpellier, Pignan, Saint Georges d’Orques, Saint jean de Védas et Saussan », nous lisons et reproduisons « Origines de la ressource en eau : nappe alluviale de l’Hérault + canal du Bas-Rhône Languedoc + forages locaux ».

Une belle station de pompage à Beaucaire
Une belle station de pompage à Beaucaire

Nous citons « Montpellier Méditerranée Métropole dispose d’une unité de traitement : l’usine François ARAGO ». « Le traitement peut être très simple, avec juste une désinfection au chlore lorsque l’eau captée est déjà de bonne qualité, ou plus complexe, et l’on doit alors passer par une usine de traitement de l’eau ». Cette usine traite l’eau du canal du Bas-Rhône Languedoc (BRL). Nous citons un site qui décrit le traitement de l’eau dans l’usine Arago. C’est un traitement classique, il n’est question nulle part des PFAS-Pifasses que le canal du Bas-Rhône véhicule avec l’eau du Rhône puisée du côté de la prise d’eau Beaucaire-Fourques. Quels PFAS ? Ceux qui polluent l’eau de ce grand fleuve si on en croit l’article du quotidien « Le Figaro » cité au début de notre article, pollution rendant les poissons du Rhône impropres à la consommation. Les pifasses se seraient-ils évaporés ?

Conséquences de l’apport d’eau du BRL

Un beau canal à Vauvert
Un beau canal à Vauvert

Nous lisons dans l’article d’Antoine Sillières que « l’élimination des PFAS avant rejet dans le milieu aquatique apparaît très peu maîtrisée aujourd’hui ». Qui peut, documents scientifiques en mains et preuves à l’appui, certifier que les potentiellement dangereux PFAS qui transitent par le Rhône et par le canal du Bas-Rhône Languedoc, vers la station Arago et le Lez, ont été éliminés et se sont gentiment évanouis dans l’espace intersidéral, pompés par une lointaine galaxie ? Il est écrit que « Leur toxicité est encore méconnue, mais des effets nocifs et toxiques sur le métabolisme humain ont été observés pour plusieurs PFAS et leur caractère cancérigène est suspecté », selon l’IGEDD. Il est également dit que « «l’élimination des PFAS avant rejet dans le milieu aquatique apparaît très peu maîtrisée aujourd’hui». … « Ces substances résistent aux traitements en station d’épuration et l’utilisation du charbon actif ne permet que de les piéger sans les détruire ». Il y a de quoi s’inquiéter quand on voit des PFAS tout autour de Lattes (et peut-être ailleurs ?). La compensation de l’étiage du Lez se fait par l’eau du canal BRL-Lamour. Quels sont les dosagesde Pifasses dans l’eau potable produite par la station Arago de Montpellier ? Vite, des études et de mesures par nos ARD et DREAL réunis ? Soyons rassurés, vite !

Raymond GIMILIO Président Docteur en Sciences biologiques, mention Écologie Licenciè en chimie systématique Ancien chargé d’études HN au Ministère de l’Environnement (1980-1996)

 




Un Pifasse et deux commissions

Grâce un mail reçu récemment, nous avons pu nous connecter au portail vidéo de l’Assemblée Nationale. Pendant plus d’une heure, les parlementaires ont débattu publiquement sur un sujet grave touchant la santé publique avec les présidents des Commissions concernées : Affaires sociales (Mme Charlotte Parmentier-Lecocq) et Développement Durable (M. Jean-Marc-Zulesi), députés membres du parti « Renaissance », M. Cyrille Isaac-Sibille, rapporteur (Député Modem et Indépendants). Le rapport qui émeut les députés membres de la commission et ceux venus s’informer est le rapport de l’IGEDD du ministère chargé de l’environnement et du développement durable. La publicité donnée à ce rapport dans la presse a enfin levé le couvercle d’omerta sur une famille de produits chimiques de synthèse, les per-et-polyfluoroalkylées (les PFAS ou « Pifasses »).

L’ODAM est statutairement chargé de veiller sur l’environnement et la santé des citoyens de cette métropole et il est membre du CIDES34, statutairement chargé de la même mission mais qui couvre le département de l’Hérault.

Quelques points du débat en commission à l’Assemblée nationale

Nous n’allons pas résumer plus d’une heure de retransmission. La production de Pifasses par synthèse chimique et les rejets des usines chimiques (la Vallée de la Chimie entre Lyon et Pierre-Bénite, entre autres) sont le résultat d’une activité économique importante, le site de l’ANSES nous explique aussi les dangers pour l’humanité (nous citons) :

« Que sont les PFAS et où les trouve-t-on ?

Les substances per- et polyfluoroalkylées, également connues sous le nom de PFAS, sont une large famille de plus de 4000 composés chimiques. Antiadhésives, imperméabilisantes, résistantes aux fortes chaleurs, les PFAS sont largement utilisées depuis les années 1950 dans divers domaines industriels et produits de consommation courante : textiles, emballages alimentaires, mousses anti-incendie, revêtements antiadhésifs, cosmétiques, produits phytosanitaires, etc. »

Ces substances chimiques sont très nombreuses et varient selon le nombre de carbones qui les constituent. Plus elles contiennent de carbone et plus elles sont persistantes dans l’environnement. L’une des sous-familles les plus connues sont le PFOA (acide perfluorooctanoïque) et le PFOS (sulfonate de perfluorooctane), ces derniers étant les plus persistants dans l’environnement.

Les aliments, en particulier avec les produits de la mer, constituent des sources conséquentes d’exposition de l’Homme à ces composés. Pour les aliments courants, les concentrations les plus élevées de PFOA et PFOS sont retrouvées dans les crustacés et les mollusques. L’eau destinée à la consommation humaine (EDCH) peut également être une source de contamination.

La commission envisagerait l’interdiction totale des rejets de Pifasses dans l’environnement, dans l’eau en particulier, allant même à l’interdiction de leur production. Un problème mondial. Une objection : certains Pifasses sont à la base de la production de certains médicaments (un anti-dépresseur : le Prozac). On envisagerait, au cas par cas, d’autoriser certains PFAS, Selon leur « famille chimique ». Nous faisons remarquer à l’honorable parlementaire défenseur du PFAS-Prozac que les effets secondaires de ce médicament ne sont pas anodins : il y a matière à controverse. Le devenir environnemental du Prozac après son passage dans l’organisme humain ne laisse pas d’inquiéter : « La voie principale d’excrétion de la fluoxétine et de la norfluoxétine étant l’urine et jusqu’à 11 % du médicament est excrété en tant que fluoxétine non métabolisée ». Quid des effluents des hôpitaux ? À suivre dans les rejets des stations d’épuration des eaux usées !

Nos cousins canadiens nous incitent à la plus grande vigilance : lisez cet article. Drapeau canadien

Les Pifasses en Hérault

Notre secrétaire général Jacky Chanton a publié, ici, sur ce site, un article dénonçant la présence des Pifasses autour de Lattes, au sud de Montpellier. Comment ces substances sont-elles arrivées là ? Nous posons en hypothèse que, depuis la Vallée de la Chimie lyonnaise jusqu’à Montpellier et Lattes, il y a le Rhône et le canal « Philippe Lamour » (canal BRL). Lors de l’inauguration de ce canal en 1960, il y a 64 ans, qui pouvait imaginer que les Pifasses seraient gentiment véhiculés jusqu’à nous, ici, en Hérault. Le canal BRL distribue généreusement son eau depuis la prise le Rhône (entre Beaucaire et Fourques) et son arrivée au domaine melgorien de « la Banquière », près de la limite avec Montpellier. De là, il compense l’étiage du Lez et alimente des stations de potabilisation d’eau (eau destinée à la consommation humaine ou EDCH). La question qu’on est en droit de poser est celle de l’élimination des Pifasses dans ces stations et de leur dépôt dans les sols irrigués si généreusement par l’eau du Rhône ?

À suivre !

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM, docteur en sciences biologiques
Licencié en chimie systématique




De faux écologistes au Conseil de la Métropole


Une décharge à ciel ouvert
Une décharge à ciel ouvert

Avec vos vélos pour mettre Montpellier dans une belle chienlit, vous oubliez que la vraie écologie est une science avec ses lois. Vous seriez des écolos en peau de lapin. Vous voulez incinérer du CSR !?, c.a.d du plastique souillé converti en combustible ? Alors qu’il est si simple de trier les déchets à la source et éviter le tri mécano biologique en usine. L’usine Amétyst nous a coûté cher, elle nous coûte encore cher et on veut la reconvertir en chaudière à CSR, en un mot brûler des CSR pour les valoriser en chaleur en oubliant, à courte vue, que la prévention des déchets nous permettrait de ne pas brûler ce qui est finalement du plastique.

Le mot plastique, en langage courant, désigne « Une matière plastique, un polymère généralement mélangé à des additifs, colorants, charges (miscibles ou non dans la matrice polymère) ». Il en existe une large gamme ; moulés par injections, extrudés, étiré en film, généralement façonné à chaud et sous pression, pour aboutir à un semi-produit ou à un objet, y compris fils et fibres (tissus), mastics, revêtements, etc. Il est utilisé dans presque tous les secteurs d’activité. Certains ont des propriétés jamais auparavant réunies, par exemple la transparence et la résistance aux chocs. Ceux qui se retrouvent le plus souvent dans les déchets ménagers sont des films ayant servi à confectionner des emballages. Dans les usines de tri mécano biologique (TMB) comme Ametyst (usine de Montpellier appelée encore, à tort, unité de méthanisation), le résultat du traitement génère bien du méthane mais aussi une sorte de compost inutilisable autrement que comme combustible solide de récupération (CSR) ou combustible solide de recyclage ou combustible dérivé de déchets (CDD).

Que dit la loi ?

Le décret du 19 mai 2016 définit le combustible solide de récupération (CSR), notion introduite dans le code de l’environnement (article R.541-8-1) comme suit :

« Art. R. 541-8-1. – Un combustible solide de récupération est un déchet non dangereux solide, composé de déchets qui ont été triés de manière à en extraire la fraction valorisable sous forme de matière dans les conditions technico-économiques du moment, préparé pour être utilisé comme combustible dans une installation relevant de la rubrique 2971 de la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement. Reste un combustible solide de récupération, celui auquel sont associés des combustibles autorisés au B de la rubrique 2910 »

L’article R. 541-8-1 précise aussi qu’un arrêté du ministre chargé de l’environnement fixera :

  • « les caractéristiques de ces combustibles » ;
  • « la liste des installations où ils peuvent être préparés » ;
  • « les obligations auxquelles les exploitants de ces dernières installations sont soumis en vue de garantir la conformité des combustibles préparés à ces caractéristiques. »

En complément, une nouvelle rubrique (rubrique 2971) est créée dans la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement, spécialement pour les installations « de production de chaleur ou d’électricité à partir de déchets non dangereux préparés sous forme de combustibles solides de récupération dans une installation prévue à cet effet, associés ou non à un autre combustible » (installations soumises au régime de l’autorisation).

A rapprocher de l’article L 541-1 du Code de l’Environnement :

Selon l’article L 541-1 du Code de l’Environnement, le déchet ultime est défini comme un déchet, résultant ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux.

On retrouve la formule « dans les conditions techniques et économiques du moment » laquelle fait, des deux articles cités, des articles accordéons, des articles à géométrie variable permettant à ceux qui doivent les appliquer de faire ce que bon leur semble. Nous avons connu cette situation quand nous avons attaqué les déchets dits ultimes mis en décharge dans la métropole de Montpellier. Au nom de ce principe élastique, nous nous sommes trouvés confrontés aux autorités locales : on incinérait pour éviter le tri des déchets à la source. Mainteant, on voudrait incinérer le résultat du tri mécano biologique déclinant, le CSR, pour valoriser sous forme de chaleur des hydrocarbures fossiles qui auraient dû faire l’objet d’une collecte séparative des biodéchets et des plastiques. Ces plastiques qu’on veut brûler, incinérer, au lieu d’en refaire du pétrole ! Pas économique ? il serait si simple de faire du feu, d’incinérer, sans tenir compte de tout ce qui a été constaté comme nuisances des incinérateurs ! Il faut lire les dernières actualités !

Alors, debout les écologistes, les vrais, ceux qui connaissent les lois de la thermodynamique dans les écosystèmes, tous derrière notre ami François Vasquez, lisez l’Agglorieuse, en soutien à la vraie filière de traitement des déchets, celle du tri à la source, celle de la collecte sélective, séparative, écologique. Qui est derrière l’incinérateur à CSR ? Qui est celui qui savonne la planche à notre ami François ? Qui conseille cette funeste filière d’incinération pour chauffer une chaudière à CSR ? Il y aurait dans l’entourage de notre maire-Président un (ou plusieurs) écolos en peau de lapin (un pseudo-écolo ?) que nous ne nommerons pas. Nous l’avons rencontré et démasqué ! Nous ne le nommerons pas, lui et sa fine équipe. Nous l’avons à l’oeuil.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Écologie
Ancien chargé d’études HN au Ministère (1980-1996)




Les PFAS chez nous, en Occitanie

Connaissez-vous les PFAS ? Ce sont les substances per-et-polyfluoroalkylées. Ce sont sont des composés organofluorés synthétiques comportant un ou plusieurs groupes fonctionnels alkyle per- ou polyfluorés. Elles contiennent au moins un groupement perfluoroalkyle, –CnF2n. Il existe probablement entre six et sept millions de PFAS. On trouve ces dangereux polluants dans le Lez, à Lattes, avec des pollutions possibles lors de son étiage. Nous communiquons ce qui suit.


Des tonnes de polluants éternels déversées dans le Rhône au sud de Lyon

Par Antoine Sillières

Publié le 17/04/2023 à 17:18, mis à jour le 18/04/2023 à 08:32

https://www.lefigaro.fr/lyon/des-tonnes-de-polluants-eternels-deversees-dans-le-rhone-au-sud-de-lyon-20230417

Un rapport de l’Inspection générale de l’environnement et du développement durable confirme le rejet dans le Rhône d’environ 3,5 tonnes d’eau polluée aux perfluorés à des niveaux élevés chaque année, par l’usine Arkema de Pierre-Bénite.

Commandé il y a plus d’un an, le rapport de l’Inspection générale de l’environnement et du développement durable (Igedd) sur la pollution aux perfluorés confirme les révélations de France 2 sur l’important flux déversé par l’usine Arkema de Pierre Bénite. Environ 3,5 tonnes d’eau contenant des perfluorés de type 6:2 FTS à une concentration de 1000 à 2000 microgrammes par litre sont rejetés chaque année dans le Rhône. Des niveaux très élevés «témoignant d’une situation préoccupante», s’alarme le rapport publié vendredi 14 avril 2023.

Car ces polluants sont dits éternels en raison leur stabilité chimique, qui en fait «des substances non dégradées dans l’environnement, persistantes, mobiles et bioaccumulables». La contamination humaine et animale intervient essentiellement par la consommation d’eau, puis d’aliments ; mais aussi par l’inhalation d’air et de poussières. «Leur toxicité est encore méconnue, mais des effets nocifs et toxiques sur le métabolisme humain ont été observés pour plusieurs PFAS et leur caractère cancérigène est suspecté», selon l’Igedd.

Les poissons du Rhône impropres à la consommation

Comme les œufs, les poissons du Rhône sont donc scrutés depuis plusieurs mois. Et après une première alerte de la Direction départementale de protection des populations (DDPP) à l’été, une nouvelle étude confiée à la Fédération départementale de pêche a confirmé des concentrations élevées dans la chair des ablettes, brochets et autres sandres. Des poissons habituellement consommés et connus pour leur potentiel d’accumulation de polluants. «Ces analyses ont confirmé une pollution nettement plus forte en aval du barrage de Pierre-Bénite, dans un contexte d’imprégnation globale, observe Jean Pierre Faure, directeur technique de la Fédération. Avec des concentrations 2 à 20 fois plus élevées selon les espèces».

Et ce ne sont pas forcément les plus grands poissons les plus concernés, certains silures s’en sortent ainsi bien. «Plus le poisson grandit et moins il contient de perfluorés», précise Jean-Pierre Faure, soulignant une différence avec la pollution aux PCB des années 2010 pour laquelle l’accumulation s’accentuait au fil de la vie. «Certaines espèces arrivent à métaboliser et à excréter certains perfluorés», poursuit-il. Point de convergence avec les PCB cependant, les perturbations endocriniennes observées avec des difficultés de reproduction et des pondaisons moins abondantes par exemple.

Le port de Lyon aussi source de perfluorés

Le site de Pierre-Bénite est pointé parmi les quelques points noirs français en matière de rejets de perfluorés. La vallée de la chimie est particulièrement touchée avec la présence d’une deuxième source, l’usine Daikin, dans des concentrations bien plus réduites en raison de l’existence d’un processus de traitement relativement efficace. Une rareté aujourd’hui car s’il «existe des technologies permettant de limiter fortement les rejets industriels de PFAS», selon le rapport, «l’élimination des PFAS avant rejet dans le milieu aquatique apparaît très peu maîtrisée aujourd’hui». Ces substances résistent aux traitements en station d’épuration et l’utilisation du charbon actif ne permet que de les piéger sans les détruire.

L’Igedd précise que «d’anciens sites d’incendies à hydrocarbure où la lutte contre le feu a nécessité l’utilisation de mousses contenant des PFAS», comme Lubrizol en 2019, mais aussi le port Édouard Herriot de Lyon en 1987, sont également à l’origine de cette pollution. En plus de la demi-douzaine de commune touchée, jusque dans les cours d’écoles, autour de Pierre Bénite, le bassin-versant du Garon, plus au sud est également pollué. «Il n’y a pas d’industrie rejetant des perfluorés mais il y a une contamination, ce qui interroge sur sa provenance, questionne Jean Pierre Faure. Elle pourrait être issue du réseau d’eau potable consommée par les habitants puis rejetée dans les eaux usées, ou du réseau d’irrigation, voire des retombées atmosphériques». D’autant qu’on en retrouve jusqu’en amont dans la région maraîchère de Thurins, «avec un bruit de fond équivalent à ce qu’on trouve dans le Rhône, alors qu’il draine nettement plus de polluants».

Vigilance pour les pêcheurs en étang

La Dreal poursuit ses études à ce sujet mais on s’achemine sur une pollution d’ampleur. Sur la commune de Charly, le maire a recommandé samedi aux pêcheurs de ne pas consommer les poissons de l’étang du Virieux. Des analyses commandées au laboratoire Antea, comme d’autres villes alentour, ont montré des traces de PFAS, à des niveaux réduits. Les analyses dans l’eau potable ont déjà montré une contamination de certains points de captage. Près de 90% des stations de contrôle opérationnel des eaux de surface sont contaminés sur le bassin Rhône Méditerranée Corse, selon l’Igedd, et 9% présentent des taux élevés. Si les eaux souterraines sont moins touchées 37% des points de contrôle sont concernés, 42% en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Un rapport de 2011 sur la pollution aux PCB notait déjà une contamination des poissons aux perfluorés de Lyon à la Méditerranée sur tout le Rhône. «Peu connus, ils ne sont devenus un sujet de préoccupation pour la communauté scientifique et les pouvoirs publics que depuis une vingtaine d’années dans le monde et plus récemment en France», retrace l’Igedd. La réglementation est encore lacunaire, puisqu’une directive européenne doit être transcrite à horizon 2026 pour l’eau potable alors qu’il n’en existe aujourd’hui aucune.

Dans une présentation récente faites aux communes du bassin lyonnais, la fédération de pêche se désespérait d’un «défaut systémique dans l’évaluation, la détection, la gestion des composés de ce type ». Et de pointer une «navigation à vue» ainsi qu’un «système d’alerte institutionnel inefficace» engendrant des «conséquences lourdes». La problématique semble désormais prise en compte, alors qu’on retrouve encore dans le Rhône des traces d’un perfluoré interdit en 2009.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Licencié en Chimie systématique

 

 




La réutilisation des eaux usées à Montpellier

L’eau douce, indispensable à la vie terrestre, en particulier humaine, est l’objet d’une consommation importante dans les villes. Cette eau est rejetée une fois usée, dans le circuit de collecte des eaux usées (égoûts) qui l’achemine vers les stations d’épuration (STEPs). Selon la position des STEPs, l’eau traitée n’est plus consommable et elle est rejetée dns le milieu naturel.
C’est le cas à Montpellier et dans sa métropole où l’eau usée des habitats humains (immeubles, maisons individuelles, etc.) sont recueillies dans un réseau de collecteurs, acheminée vers une des grosses stations STEPs, Maéra à Lattes, traitée à 90% des polluants et envoyée vers la mer Méditerranée. Une canalisation de 12 km terrestre puis sous-marine déverse au large de Palavas 113.000 m3/jour ou 1,5 m3/s au total 41,3 Mm3/an. Vous avez bien lu 41 Millions de m3 dans en une année ! Des millions de litres perdus en mer ! 

Le problème de l’imperméabilisation des sols 

La construction d’immeubles entourés de rues, de parkings et de trottoirs bitumés impeméabilise les sols. L’eau de pluie ruisselle sur les toits, descend vers les rues et ne s’infiltre plus dans les sols pour alimenter les nappes phréatiques, les réservoirs d’eau douce. Cette eau est perdue car elle penêtre dans les égouts où elle se mélange aux eaux usées. En période de fortes pluies, le déluge entre en partie dans les égouts, le reste ruisselle, dévale les collines vers le Lez qui entre en crue. La station Maéra ne peut plus absorber la crue qui lui arrive et ouvre les vannes vers le Lez voisin. On perd ainsi des quantités importantes d’eau !

La réutilisation des eaux des STEPs

En dehors des périodes de pluies exceptionnelles, les eaux usées pourraient être mieux traitées, mieux épurées, réutilisées pour des usages agricoles. On connaît en France (Caen-la-Mer) des stations d’épuration qui rejettent des eaux de « qualité baignade » dans des jardins filtrants où elles achèvent leur bio-rémédiation. Ces eaux peuvent être pompées vers des zones agricoles ou elles peuvent être REUTILISEES !!! En cette periode de sécheresse, c’est important ! Il faut réutiliser les eaux qui sortent des STEPs en les traitant comme il faut !!!

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM, membre du CIDES34




Nous sommes de retour

Bandeau CIDES
Bandeau CIDES

Après le confinement COVID qui nous a paralysés, le CIDES34 a restauré son site Internet. Le démarrage est effectif depuis le 14 mai 2023.

N’hésitez pas à nous contacter.

Cordialement.




L’environnement

L’environnement est « l’ensemble des éléments qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins », ou encore « l’ensemble des conditions naturelles et culturelles susceptibles d’agir sur les organismes vivants et les activités humaines » (Wikipedia).

De manière plus précise, l’Environnement comporte deux types de composants :

  • les composants abiotiques (eau, sols, air, …),
  • les composants biotiques (faune, flore, …).

La notion d’environnement naturel, souvent désignée par le seul mot « environnement », a beaucoup évolué au cours des derniers siècles et tout particulièrement des dernières décennies. L’environnement est compris comme l’ensemble des composants naturels de la planète Terre, comme l’air, l’eau, l’atmosphère, les roches, les végétaux, les animaux, et l’ensemble des phénomènes et interactions qui s’y déploient, c’est-à-dire tout ce qui entoure l’Homme et ses activités ; bien que cette position centrale de l’être humain soit précisément un objet de controverse dans le champ de l’écologie.

Nous citons encore un extrait de Wikipedia :

Au xxie siècle, la protection de l’environnement est devenue un enjeu majeur, en même temps que s’imposait l’idée de sa dégradation à la fois globale et locale, à cause des activités humaines polluantes. La préservation de l’environnement est un des trois piliers du développement durable. C’est aussi le 7e des huit objectifs du millénaire pour le développement3, considéré par l’ONU comme « crucial pour la réussite des autres objectifs énoncé dans la Déclaration du Sommet du Millénaire »

Les sciences de l’environnement

La classification traditionnelle des sciences dites naturelles (zoologie, botaniques, géologie) a subi une évolution. Notre enseignement scientifique parle maintenant de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT). Les sciences de la Vie concernent les composants biotiques, les sciences de la terre sont tournées vers la géologie essentiellement. Nos jeunes lycéens, collégiens et élèves des écoles élémentaires commencent à être initiès depuis 1966 à la nouvelle façon d’appréhender la connaissance de l’Environnement.

L’Ecologie et moi

L’Ecologie a été peu à peu introduite dans l’enseignement secondaire, en classe de seconde. Je l’ai enseignée comme telle, sans aucun manuel scolaire, à la rentrée scolaire de 1966 dans un établissement de Lyon, à la stupéfaction d’un inspecteur de l’Enseignement secondaire. Je lui ai tout simplement expliqué que j’avais été élève au Maroc (Faculté des Sciences de Rabat) du Professeur Charles Sauvage qui nous avait enseigné les bases de cette nouvelle science et m’avait confié un travail de terrain (DESS de botanique : étude de la végétation ligneuse de la vallée de l’oued Mellah, région de Casablanca, travail soutenu le 21 juin 1966). J’ai rejoint la France en août 1966 et l’Université de Montpellier (USTL) en septembre 1967 pour y préparer mon DEA de Biologie végétale et mon doctorat de Biologie « option écologie ».

Je ne suis pas un grand écologue, j’ai séjourné au Sénégal de 1972 à 1979, voyagé en Tunisie, en Amérique du sud (Brésil, Argentine, Costa-Rica, Canada, …). J’y ai vu d’autres environnements. Toujours avec un œuil d’écologue. J’avais pris trop de retard dans mes études en 1956-57 pour prétendre à une carrière dans la recherche. J’ai tout de même été intégré au CNRS en 1980 comme Ingénieur de recherches et exercé en détachement aux divers ministères chargés de l’Environnement de 1980 à 1996.

Je dénie à l’écologie politique toute qualification ou prétention scientifique. La politique politicienne  s’est emparée de l’écologie. Dommage, les scientifiques écologues sortent rarement de leurs laboratoires pour s’occuper d’écologie politique et laissent le champ libre aux écologistes.

La synthèse des sciences de l’environnement

Les sciences de l’Environnement s’agrègent peu à peu autour de quelques pôles d’excellence et de nouvelles branches de la science viennent rejoindre les autres autour de l’écologie. Je citerais l’étude du climat à l’échelle planétaire. Après de longues tergiversations, la détérioration des climats de la planéte a enfin été reconnue et les climatologues ont cessé d’être brocardés : les changements climatiques planétaires ont été, ENFIN, reconnus comme d’origine anthropique (humaine). Ce lent processus s’est déclenché au début de l’ère industrielle (1760, Wikipedia). L’Angleterre semble être le point de départ de ce processus où l’exploitation à des fins commerciales et industrielles des ressources terrestre (gisements fossiles de houille et de pétrole, gisements de minerais de fer et autres, …) a provoqué un lent empoisonnement par l’oxyde de carbone (CO2) de la haute atmosphère). Voyez le site de l’ODAM sur les changements climatiques.

A la révolution industrielle se sont ajoutés les énormes gaspillages qu’ont entraîné les guerres, notamment les deux conflits mondiaux (1ère et 2e guerres mondiales). Les montagnes de ferrailles des bateaux coulée, la production d’obus et d’explosifs, la consommation de carburants fossiles (essences et gazoles, …) nous ont amené au bord de la catastrophe.

A suivre …

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Docteur en Sciences biologiques
Ingénieur de recherches (ER) du CNRS
Ancien auditeur de l’IHEDN 80e SR Paris 1985




Un nouveau logo

L'étoile de vie selon Wikipedia
L’étoile de vie selon Wikipedia

Chers cosmonautes du web (la toile),

Le site Wikipedia consacré à la santé nous offre une définition claire de ce qu’est cet état et l’illustre pas un caducée indépendant des symboles utilisés par les professions de santé et leurs ordres.

Wikipedia nous ofre aussi une définition de cet état d’harmonie de notre corps :

« La santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Dans cette définition par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), depuis 1946, la santé représente « l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ».

Certaines maladies, c’est prouvé, sont causées directement ou indirectement par la dégradation de l’Environnement.

Ici, au CIDES34 nous saluons ce travail. Merci Wikipedia.




Le changement de politique des déchets de Montpellier-Métropole

/*! elementor - v3.5.5 - 03-02-2022 */
.elementor-heading-title{padding:0;margin:0;line-height:1}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title[class*=elementor-size-]>a{color:inherit;font-size:inherit;line-height:inherit}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title.elementor-size-small{font-size:15px}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title.elementor-size-medium{font-size:19px}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title.elementor-size-large{font-size:29px}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title.elementor-size-xl{font-size:39px}.elementor-widget-heading .elementor-heading-title.elementor-size-xxl{font-size:59px}

Amétyst la belle ICPE

/*! elementor - v3.5.5 - 03-02-2022 */
.elementor-widget-image{text-align:center}.elementor-widget-image a{display:inline-block}.elementor-widget-image a img[src$=".svg"]{width:48px}.elementor-widget-image img{vertical-align:middle;display:inline-block}

La métropole de Montpellier change de politique des déchets. Cette annonce a été faite lors de la réunion de la Commision de Suivi de Sites (CSS) tenue le 1er juillet 2021 à l’Usine Amétyst. C’est le nouveau vice-Président de la Métropole Monsieur François Vasquez délégué à la Collecte, tri, valorisation des déchets et Politique zéro déchet qui l’a annoncé.

Téléchargez le Compte-rendu non officiel daté du 30 septembre 2021, non encore validé (dans comien de temps ?).

Les CSS sont des commissions de Suivi de Site qui ont succèdé et remplacé les Commissions Locales d’Information et de Surveillance (CLIS). Le terme Information a disparu, celui de Surveillance aussi. C’est ainsi que l’information du public passe pas les associations de défense de l’environnement dont les nouvelles venues (FNE) ne sont pas toujours au fait des affaires comme le montre ce CR du délégué de France Nature Environnement que nous avons reçu à l’ODAM.

Le fonctionnement d’Amétyst va changer radicalement. Enfin, le mélange de biodéchets triés par ailleurs a pris fin et les composteurs de quartier vont commencer ou ont commencé à fonctionner (Square du Père Bonnet à Montpellier).

Raymond Gimilio