Texte à méditer :   L'union fait la force   xx
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès.   Baden-Powell
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Notre doctrine

L'union fait la force.
Nous sommes des citoyens libres, écologistes et indépendants de tout pouvoir religieux et/ou politique. Nous avons décidé librement de fédérer nos associations en un groupement relevant de la loi de 1901 afin de coordonner nos actions.
Notre groupement n'admet que très exceptionnellement des adhérents à titre individuel, temporairement.

Autres versions du site

Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). La version est en test.

Vous êtes ici :   Accueil » Blog » MAERA
 
 
Blog - MAERA

Nombre de membres 8 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


MAERA

A la recherche de micropolluants  -  par RGimilio|Administrateurs

Montpellier-Métropole : dans les eaux de Maera

 

Article de Midi-Libre du 08 septembre 2018

 

 

Des prélèvements ont été effectués ce vendredi autour de l’émissaire en mer de la station d’épuration.

 

Au large des côtes de Palavas, on s’active. Ce vendredi, c’est jour de prélèvements. Comme trois autres fois dans l’année, la société Creocean, bureau d’études spécialisé en environnement marin et océanographie, va collecter de l’eau, en profondeur et en surface, autour de sept stations plus ou moins proches de l’émissaire. À 30 m de profondeur et à 11 km en mer, celui-ci rejette les eaux gérées par Maera, station de traitement des eaux usées de la Métropole.

Des analyses variées

Sous l’œil de la vice-présidente de Montpellier 3M, déléguée à l’eau et à l’assainissement, Jackie Galabrun-Boulbes, dont la présence marquait la volonté de l’institution d’une transparence sur les actions menées au large des plages, sondes et bouteilles ont fait le plein d’informations durant trois heures.

 

"Nous suivons le projet depuis le tout début, en 2003, où nous avons fait un état initial de la zone avant tout rejet, rappelle Sébastien Thorin, docteur en écologie marine chez Creocean. On mène dix à douze campagnes par an, avec des prélèvements variés."

 

Si les échantillons d’eau serviront à analyser différents paramètres physico-chimiques et bactériologiques, un suivi du milieu marin est aussi intégré. L’évolution des herbiers de Posidonies, considérés comme l’écosystème pivot de l’ensemble des espaces littoraux méditerranéens, est surveillée de près. Chaque année, des poissons sont aussi pêchés à des fins d’analyses, pour évaluer la bio-accumulation de certaines substances et mesurer le risque sanitaire.

 

"Nous mettons également des moules pendant trois mois dans des pochons pour ensuite les contrôler. Elles ont la particularité de filtrer l’eau et peuvent donc signaler la présence de bactéries et substances chimiques", explique Sébastien Thorin. Depuis que la surveillance est menée, aucun impact n’a été relevé, à part directement sur la zone de rejet : "Mais les bactéries qui arrivent, par exemple, ne peuvent vivre dans le milieu marin et disparaissent", poursuit le spécialiste.

 

Quant aux problèmes de pollution dénoncés près des côtes, en dehors du cas des épisodes pluvieux (lire ci-contre), "il y a peu de chances que cela vienne de la station, puisqu’on a du mal à trouver des contaminants, avance Sébastien THORIN. Personnellement, je pense plus à du déballastage sauvage de gros bateaux..."

 

===========================================================

 

Réponse de Jacky CHANTON à cet article :

 

A ce jour, et à ma connaissance, il n’y a pas d’obligation règlementaire pour les stations d’épuration  en France de traiter les micropolluants. C’est regrettable !

 

La DCE (Directive cadre sur l’eau) a fixé comme objectif un « bon état » écologique et chimique des masses d’eau, mais il n’existe à ce jour qu’une simple prescription de surveillance des rejets (circulaire du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, daté du 29 septembre 2010). Cependant, dans le cadre d’une prise de conscience croissante de l’impact des micropolluants et de la nécessité d’agir, plusieurs discussions et pistes législatives évoquent les stations d’épuration en tant qu’élément clé d’un futur dispositif pour la réduction de ces substances.

 

Si les médicaments ne sont pas encore totalement pris en compte en tant que polluants émergents, d'autres sources de contamination sont tout aussi ignorées. C'est le cas des produits cosmétiques, crèmes, parfums, shampoings… Ainsi, les filtres UV des crèmes solaires auraient des effets sur les œstrogènes des poissons et le blanchissement du corail. Autres polluants émergents : les nanoparticules qui favoriseraient la bioaccumulation de substances dangereuses, telles que le cadmium (favorisant les troubles intestinaux), qui se fixerait alors davantage dans l'organisme des poissons.

 

Sur environ 2000 micropolluants dangereux pour l’homme, moins de 100 sont contrôlés en sorties des stations d’épurations ( contrôlés ne veut pas dire éliminés ).

La sous-estimation de la pollution de ces milieux en France a également dénoncée par l'organisation écologiste WWF4. Le nombre insuffisant de substances toxiques recherchées (41 substances prioritaires + 4 métaux et 5 pesticides), la difficulté des protocoles de mesure (au regard des faibles concentrations quantifiables), la non prise en compte de l'effet cocktail lié à l'association de certaines molécules, ainsi que des méthodes d'évaluation impropres à décrire l'état réel des eaux seraient les principales causes de la surveillance biaisée de ces écosystèmes.

 

Dans la campagne de recherche des micropolluants, le système défini dans la note technique du 29 septembre 2010 prévoyait la réalisation d’une surveillance initiale puis la réalisation de trois campagnes de surveillance pérenne par cycle de gestion.

 

La campagne de recherche dure un an et a pour objectif de déterminer les micropolluants présents significativement dans les eaux brutes en entrée de STEU [ou STEP] et dans les eaux traitées en sortie de STEU. La première campagne devra débuter dans le courant de l’année 2018 et dans tous les cas avant le 30 juin 2018. La campagne suivante devra débuter dans le courant de l’année 2022 et dans tous les cas avant le 30 juin 2022. Les campagnes suivantes auront lieu tous les 6 ans (en 2028, 2034, etc.

 

Note technique du 12 août 2016 relative à la recherche de micropolluants dans les eaux brutes et dans les eaux usées traitées de stations de traitement des eaux usées et à leur réduction

« Après cinq années de fonctionnement du dispositif RSDE, un rapport présentant la synthèse des résultats obtenus pour l’ensemble des installations suivies a été rendu public fin 2007 par l’INERIS, chargé de l’exploitation des résultats. Cette action a notamment permis de conclure que les agglomérations d’assainissement émettent de façon non négligeable, et parfois significative, vers les milieux aquatiques, des substances dangereuses et dangereuses prioritaires au sens de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Elle a également permis de mettre en évidence le relatif manque de connaissances des émissions de certains micropolluants par ces agglomérations. Les enseignements tirés de cette action ont conduit à la mise en place d’une surveillance réglementaire des émissions de certaines installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) par la circulaire du 5 janvier 2009 et des STEU par la circulaire du 29 septembre 2010 ».

 

La mise en  place d’un système maitrisé de suivi des questions environnementales ne signifie pas pour autant que MAERA ne pollue pas, mais qu’elle respecte les principes de la norme en vigueur.

Dire et affirmer qu’il n’y ait pas de rejets polluants serait une contre vérité. Quant à la recherche de polluants à 30 mètres de profondeur, ils existent bien et si la plupart seront détruits, rien n’affirme que ces rejets dans les milieux aquatiques n’ont pas  des  conséquences  sur  l’environnement  et la santé humaine. Ils peuvent  altérer le développement et la reproduction de certaines espèces en modifiant leur équilibre hormonal avec des risques de contamination de la chaîne alimentaire. 

 

La recherche de micropolluants loin de la zone de l’exutoire correspond à rechercher un grain de sable dans une piscine olympique.

 

Jacky CHANTON

Secrétaire du CIDES-34

 

Montpellier-Métropole : dans les eaux de Maera

 

Article de Midi-Libre du 08 septembre 2018

 

 

Des prélèvements ont été effectués ce vendredi autour de l’émissaire en mer de la station d’épuration.

 

Au large des côtes de Palavas, on s’active. Ce vendredi, c’est jour de prélèvements. Comme trois autres fois dans l’année, la société Creocean, bureau d’études spécialisé en environnement marin et océanographie, va collecter de l’eau, en profondeur et en surface, autour de sept stations plus ou moins proches de l’émissaire. À 30 m de profondeur et à 11 km en mer, celui-ci rejette les eaux gérées par Maera, station de traitement des eaux usées de la Métropole.

Des analyses variées

Sous l’œil de la vice-présidente de Montpellier 3M, déléguée à l’eau et à l’assainissement, Jackie Galabrun-Boulbes, dont la présence marquait la volonté de l’institution d’une transparence sur les actions menées au large des plages, sondes et bouteilles ont fait le plein d’informations durant trois heures.

 

"Nous suivons le projet depuis le tout début, en 2003, où nous avons fait un état initial de la zone avant tout rejet, rappelle Sébastien Thorin, docteur en écologie marine chez Creocean. On mène dix à douze campagnes par an, avec des prélèvements variés."

 

Si les échantillons d’eau serviront à analyser différents paramètres physico-chimiques et bactériologiques, un suivi du milieu marin est aussi intégré. L’évolution des herbiers de Posidonies, considérés comme l’écosystème pivot de l’ensemble des espaces littoraux méditerranéens, est surveillée de près. Chaque année, des poissons sont aussi pêchés à des fins d’analyses, pour évaluer la bio-accumulation de certaines substances et mesurer le risque sanitaire.

 

"Nous mettons également des moules pendant trois mois dans des pochons pour ensuite les contrôler. Elles ont la particularité de filtrer l’eau et peuvent donc signaler la présence de bactéries et substances chimiques", explique Sébastien Thorin. Depuis que la surveillance est menée, aucun impact n’a été relevé, à part directement sur la zone de rejet : "Mais les bactéries qui arrivent, par exemple, ne peuvent vivre dans le milieu marin et disparaissent", poursuit le spécialiste.

 

Quant aux problèmes de pollution dénoncés près des côtes, en dehors du cas des épisodes pluvieux (lire ci-contre), "il y a peu de chances que cela vienne de la station, puisqu’on a du mal à trouver des contaminants, avance Sébastien THORIN. Personnellement, je pense plus à du déballastage sauvage de gros bateaux..."

 

===========================================================

 

Réponse de Jacky CHANTON à cet article :

 

A ce jour, et à ma connaissance, il n’y a pas d’obligation règlementaire pour les stations d’épuration  en France de traiter les micropolluants. C’est regrettable !

 

La DCE (Directive cadre sur l’eau) a fixé comme objectif un « bon état » écologique et chimique des masses d’eau, mais il n’existe à ce jour qu’une simple prescription de surveillance des rejets (circulaire du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, daté du 29 septembre 2010). Cependant, dans le cadre d’une prise de conscience croissante de l’impact des micropolluants et de la nécessité d’agir, plusieurs discussions et pistes législatives évoquent les stations d’épuration en tant qu’élément clé d’un futur dispositif pour la réduction de ces substances.

 

Si les médicaments ne sont pas encore totalement pris en compte en tant que polluants émergents, d'autres sources de contamination sont tout aussi ignorées. C'est le cas des produits cosmétiques, crèmes, parfums, shampoings… Ainsi, les filtres UV des crèmes solaires auraient des effets sur les œstrogènes des poissons et le blanchissement du corail. Autres polluants émergents : les nanoparticules qui favoriseraient la bioaccumulation de substances dangereuses, telles que le cadmium (favorisant les troubles intestinaux), qui se fixerait alors davantage dans l'organisme des poissons.

 

Sur environ 2000 micropolluants dangereux pour l’homme, moins de 100 sont contrôlés en sorties des stations d’épurations ( contrôlés ne veut pas dire éliminés ).

La sous-estimation de la pollution de ces milieux en France a également dénoncée par l'organisation écologiste WWF4. Le nombre insuffisant de substances toxiques recherchées (41 substances prioritaires + 4 métaux et 5 pesticides), la difficulté des protocoles de mesure (au regard des faibles concentrations quantifiables), la non prise en compte de l'effet cocktail lié à l'association de certaines molécules, ainsi que des méthodes d'évaluation impropres à décrire l'état réel des eaux seraient les principales causes de la surveillance biaisée de ces écosystèmes.

 

Dans la campagne de recherche des micropolluants, le système défini dans la note technique du 29 septembre 2010 prévoyait la réalisation d’une surveillance initiale puis la réalisation de trois campagnes de surveillance pérenne par cycle de gestion.

 

La campagne de recherche dure un an et a pour objectif de déterminer les micropolluants présents significativement dans les eaux brutes en entrée de STEU [ou STEP] et dans les eaux traitées en sortie de STEU. La première campagne devra débuter dans le courant de l’année 2018 et dans tous les cas avant le 30 juin 2018. La campagne suivante devra débuter dans le courant de l’année 2022 et dans tous les cas avant le 30 juin 2022. Les campagnes suivantes auront lieu tous les 6 ans (en 2028, 2034, etc.

 

Note technique du 12 août 2016 relative à la recherche de micropolluants dans les eaux brutes et dans les eaux usées traitées de stations de traitement des eaux usées et à leur réduction

« Après cinq années de fonctionnement du dispositif RSDE, un rapport présentant la synthèse des résultats obtenus pour l’ensemble des installations suivies a été rendu public fin 2007 par l’INERIS, chargé de l’exploitation des résultats. Cette action a notamment permis de conclure que les agglomérations d’assainissement émettent de façon non négligeable, et parfois significative, vers les milieux aquatiques, des substances dangereuses et dangereuses prioritaires au sens de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Elle a également permis de mettre en évidence le relatif manque de connaissances des émissions de certains micropolluants par ces agglomérations. Les enseignements tirés de cette action ont conduit à la mise en place d’une surveillance réglementaire des émissions de certaines installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) par la circulaire du 5 janvier 2009 et des STEU par la circulaire du 29 septembre 2010 ».

 

La mise en  place d’un système maitrisé de suivi des questions environnementales ne signifie pas pour autant que MAERA ne pollue pas, mais qu’elle respecte les principes de la norme en vigueur.

Dire et affirmer qu’il n’y ait pas de rejets polluants serait une contre vérité. Quant à la recherche de polluants à 30 mètres de profondeur, ils existent bien et si la plupart seront détruits, rien n’affirme que ces rejets dans les milieux aquatiques n’ont pas  des  conséquences  sur  l’environnement  et la santé humaine. Ils peuvent  altérer le développement et la reproduction de certaines espèces en modifiant leur équilibre hormonal avec des risques de contamination de la chaîne alimentaire. 

 

La recherche de micropolluants loin de la zone de l’exutoire correspond à rechercher un grain de sable dans une piscine olympique.

 

Jacky CHANTON

Secrétaire du CIDES-34

 

Fermer Fermer

Publié le 16/09/2018 @ 14:00   | Tous les billets


Commentaires

Réaction n°1 

 par Abraracourcix|Administrateurs le 16/09/2018 @ 14:12

Je souligne l'allusion de M. Sébastien Thorin au déballastage sauvage de gros bateaux. Je suppose qu'il s'agit d'une évocation de l'incident survenu un été sur la plage de Palavas où l'Agglo de l'époque avait tenté de nous faire avaler sa version : un déballastage sauvage d'un supposé bateau sorti du port de Sète et qui aurai vidé le fumier de ses étables à bestiaux au large de Palavas-Carnon. (Il y a à Sète ce type de transports à destination du moyen-orient, mais le sémaphore maritime de l'Espiguette n'en avait observé aucun ce jour là !). C'était un bateau fantôme ?

On n'a toujours pas retrouvé ce bateau fantôme depuis ! La gendarmerie maritime et le Préfet maritime n'on toujours rien trouvé !

Rubriques

Déplier Fermer MAERA

Déplier Fermer Démocratie participative

Déplier Fermer Déchets

Déplier Fermer Castries ISDND

Déplier Fermer AMETYST

Derniers billets
Derniers commentaires
Calendrier du blog
09-2018 Octobre 2018
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Informations légales

Le CIDES-34 est présidé par
Mme Marie-Noëlle SIBIEUDE.


Son siège social est situé :
c/o M. Jacky CHANTON
10 rue des Vignes
34970 Lattes.

RNA : W34-3 020 648, JO du 7 janvier 2017
N° SIREN 832 210 546, SIRET 832 210 546 0012.
N° Enreg. CNIL. : 2 106 305
Ce site est régi conformément à la "Netétiquette".